Les domaines photographiques qui m’intéressent

Fin décembre, j’ai passé tout mon temps de retouche
à écouter en parallèle des interviews de reporters de guerre.

Parmi eux, il y a eu cette vidéo de Véronique de Viguerie.
J’ai été fascinée par les images de grande qualité que j’ai pu y découvrir.
Mais j’ai aussi commencé par être choquée
par la façon qu’elle a eu de vouloir à tout prix
se rendre dans un lieu où personne n’allait pour booster sa carrière.
Heureusement, la suite de son récit m’a montré
les leçons d’humilité qu’elle a rencontrées
et j’ai mieux compris l’engagement qui a suivi de sa part.

Toujours est-il qu’écouter ces grands reporters
m’a remise face à ma petite réalité quotidienne.
J’ai eu un grand sentiment d’inutilité
et en même temps il est très clair pour moi que
jamais je ne prendrais les risques fous que ces professionnels prennent.
En réfléchissant plus loin, j’ai réalisé
que mon domaine de photographie avait son utilité également
puisqu’il documente aussi des évènements de la vie quotidienne,
certes plus familiaux.

Là où ces grands reporters s’attachent à dénoncer des horreurs,
je m’attache à rappeler le positif de la vie.
Là où ces reporters finissent presque tous par désespérer du monde
tellement ils ressentent leur impuissance,
je veille à redonner des signes d’espérance,
des preuves que la joie peut exister même dans certaines épreuves.
Oui, la vie c’est à la fois le bon et le mauvais.
Mais même s’il ne faut jamais nier le mauvais
et qu’il vaut mieux le regarder en face pour avancer,
il est indispensable de savourer le bon
parce que c’est lui qui donne la force et l’énergie d’avancer malgré les difficultés
et de changer le monde à notre échelle.

smile-cours-photo

Après cette minute philosophique,
j’ai aussi eu à coeur de vous partager ma dernière réflexion plus superficielle
au sujet des domaines photographiques qui m’intéressent.

J’ai suivi une formation en ligne sur la photographie de grossesse en studio.
Je ne l’ai pas suivie parce que j’ai l’intention immédiate de créer un studio
mais pour glaner quelques informations que je pourrais ne pas avoir encore eue.

Regarder le travail des autres
dans des domaines qui ne sont pas forcément les miens
est toujours enrichissant.
Mais parfois, j’en viens à douter de ma propre voie pendant cinq minutes.

Sortie de cette formation, j’avais presque envie de monter un studio sur le champ !
Il a fallu que je me recentre sur mes goûts
afin de déterminer quel besoin exact
cette formation avait fait naître en moi.
En l’occurence, quand il n’y a pas d’enfant plus grand,
la séance grossesse est celle qui me met le plus mal à l’aise.
Je ne photographie pas de couples seuls parce que finalement
c’est avec les enfants que je me sens la plus créative.
Cette formation m’a donné des jalons
pour mieux photographier les couples qui attendent leur premier enfant
et mieux sublimer les courbes de la grossesse.

Elle a aussi mis en lumière chez moi un besoin d’efficacité
à travers un enchaînement de poses bien rodé.
Je n’exclus pas la possibilité de monter un studio un jour
(mes problèmes de santé pourraient d’ailleurs m’y obliger)
puisqu’il me semble cohérent de proposer
de faire poser les femmes enceintes
étant donné que je fais déjà poser les bébés.

Un studio dédié à la photographie de grossesse et de naissance
pourrait donc être une piste pour mon avenir photographique.
Mais tant que ma santé le permettra,
il ne pourra que compléter les séances lifestyle
que je propose déjà aux familles
notamment à domicile
puisque ce sont vraiment mes préférées.

Je suis une photographe spécialisée dans la Maternité et la Famille.

L’Allaitement et le Nouveau-Né sont mes sujets de prédilection,
ceux que j’ai envie de mener à la perfection.

Mais je reste une grande accro des séances en famille 
qui me permettent de voir grandir vos enfants
et de vous retrouver année après année.

Voici au moins une liste de ce qui ne m’attire pas du tout :
les portraits de couple,
les évènements privés
(mariage, baptême, anniversaire, enterrement de vie de jeune fille…),
la photographie de paysage,
la photographie animalière,
la photographie culinaire,
le nu et le boudoir,
l’architecture,
la guerre,
le reportage de presse. 

En revanche, je garde un bon souvenir des quelques portraits de femmes
que j’ai été amenée à réaliser en tête à tête.
De même, quand je vois des photographies médiocres
utilisées par les entreprises,
je n’ai qu’une envie :
leur en créer de nouvelles pour contribuer
à leur donner une image plus professionnelle.
Je n’exclus donc pas d’offrir un jour mes services aux professionnels. 

Comment on a choisi son prénom ?

 

photographe-adoption-alsace-16

Vous aussi, quand vous étiez petite ou ado,
vous aviez fait toute une liste des prénoms que vous aimiez bien ?
Autant vous dire qu’une fois mariée, aucun des prénoms de ma liste ne plaisait à mon époux et il a fallu tout reprendre à zéro. Lire la suite de « Comment on a choisi son prénom ? »

Moments de Bonheur

C’est quand la dernière fois que tu t’es sentie vraiment heureuse ? 

Cette réplique d’un film dont je n’ai plus le nom en tête
m’avait amenée à me poser la question à moi-même.
Il y avait bien un moment de plénitude
qui était resté dans ma tête au moment où je m’interrogeais,
alors que je n’avais pas encore la joie d’être Maman.

Il y avait un dimanche après-midi d’automne
où nous avions décidé d’aller explorer
un endroit que nous ne connaissions pas
et qui se trouvait au bord du Rhin, côté allemand.

Ce jour-là, nous nous sommes installés
sur une magnifique plage de galets Lire la suite de « Moments de Bonheur »

Mon téléphone et moi

Je ne suis pas accroc à mon téléphone.
Je trouve juste que c’est un ustensile très pratique.

le-top-des-objets-qui-ont-ete-remplaces-par-nos-smartphones_width1024

Oui, je l’utilise pour tout. Lire la suite de « Mon téléphone et moi »

Mon premier moment rien que pour moi

Depuis que ma merveilleuse fille est arrivée,
les seuls moments où je n’avais pas à m’occuper d’elle,
je les ai utilisés pour travailler.
Nous avons même choisi, depuis début mai,
de faire appel à une Nounou le jeudi de 9H à 17H
afin de me garantir une plage de travail hebdomadaire
SANS AUCUNE PERTURBATION.

Chaque jeudi, j’espérais secrètement finir avant 17 heures
pour avoir enfin un moment rien que moi TOUTE SEULE.
Sauf que chaque jeudi, je finissais maximum 10 minutes avant
l’horaire de retour à mes responsabilités maternelles.

Et puis c’est arrivé le 12 août, au bout de 3 mois. Lire la suite de « Mon premier moment rien que pour moi »

Comment j’ai choisi ma Nounou

J’imaginais pouvoir réaliser mes tâches professionnelles de chez moi
même avec un Bébé.
C’était sans compte sur l’énorme besoin d’attention de ma fille.
Il existe peut-être des bébés qui savent jouer de façon autonome
le temps que Maman accomplisse telle ou telle tâche :
clairement, ce n’est pas le cas de Gabrielle.
Elle a un besoin fréquent des bras
et constant d’attention entièrement tournée vers elle.
Et elle a bien raison d’en profiter !

Je me suis vite retrouvée à ne plus réussir à tenir les délais informels que je m’étais fixés
(ceux que je n’annonce pas aux clients
mais qui restent mon objectif pour être sûre de tenir le délai officiel).
J’ai rendu quelques séances avec 2-3 jours de retard sur mon délai officiel
et j’ai fini par comprendre que je n’arrivais plus
à réaliser d’autres tâches que celles concernant les commandes à honorer.
Fini la communication et difficile de garder les tâches administratives à jour.
Donc plus de nouveaux clients non plus puisque si vous arrivez jusqu’à moi
c’est d’abord parce que mon travail est arrivé jusqu’à vous d’une façon ou d’une autre. 59295207_10216641310138788_5091977689854640128_n

Pendant quelques mois, Papa m’a libéré 8 heures éparpillées dans chaque semaine
pour que je puisse avancer dans mon travail
mais quand il a enfin été question de sa reprise de travail
après son arrêt maladie de longue durée (dont je vous parlerais un jour),
il a fallu imaginer une solution plus durable.

Lire la suite de « Comment j’ai choisi ma Nounou »

Pourquoi j’ai décidé d’écrire ?

Pourquoi j’ai décidé d’écrire ?
Ou plutôt pourquoi j’ai décidé de recommencer à écrire ?

Elodie Arbeit

L’aventure du blog, je l’avais déjà tentée il y a des années :
elle est tombée aux oubliettes.

Lire la suite de « Pourquoi j’ai décidé d’écrire ? »

Heureux casse-tête du Faire-Part

Comme vous le savez, ça y est, à mon tour, je suis devenue maman.
Elle est née l’année dernière mais nous ne l’avons rencontrée que cet été.
Réaliser un joli faire-part me tient à coeur : nous n’aurons pas 36 occasions !

J’ai donc demandé sur Facebook des recommandations
pour trouver un faire part créatif et de qualité, peu importe le prix !
Oui, pour trouver le faire-part le moins cher, il suffit d’une bonne recherche Google,
d’un site industriel et de quelques minutes.
Mais alors nous aurons le même faire-part qu’à peu près tout le monde.
Quelques jolis noms sont sortis et je suis allée regarder l’entièreté de chaque collection.

Lire la suite de « Heureux casse-tête du Faire-Part »

Donner la vie autrement : notre adoption photographiée

Je lui avais posé cette question pendant notre attente :
« tu photographies bien des accouchements,
tu serais d’accord de photographier notre première rencontre avec notre bébé
le jour où on nous appellera ? »
Elle avait dit : « oui, bien sûr ».
Et elle nous a fait ce formidable cadeau
de créer pour nous des souvenirs de ce jour unique et si singulier.

Lire la suite de « Donner la vie autrement : notre adoption photographiée »

Les Petits Mots qui m’ont encouragée

J’apprécie quand ceux qui ont fait appel à mes services me donnent leur avis sur mon travail. Ils sont précieux lorsque les moments de doute surviennent.
En outre, c’est votre témoignage qui me permet de vous servir de mieux en mieux.

Lire la suite de « Les Petits Mots qui m’ont encouragée »