Tarifs des photographes

En cherchant un photographe, vous avez pu constater des écarts de prix déconcertants. Pourquoi certains photographes pratiquent-ils des prix si élevés alors que d’autres proposent des tarifs très bas ? Comment s’y retrouver?

Tout d’abord, sachez que le travail du photographe ne se limite pas à la prise de vue du jour de votre séance. Ce que vous en voyez là ne représente que 30% du temps fourni pour réaliser vos images. Si le photographe devait vous rendre les images immédiatement après la séance, il lui faudrait régler son appareil exactement comme celui de n’importe quelle personne qui n’est pas du métier : mode automatique et JPEG. Si vous faites appel à un photographe, ce n’est pas pour qu’il prenne ses photos comme le ferait Tata Ginette. C’est son regard de professionnel et ses compétences de développement* voire de retouche qui feront toute la différence. Ce travail auquel vous n’assistez pas peut prendre le double du temps passé avec vous. Quand le photographe établit son tarif, il faut que toutes les heures passées sur votre séance soient facturées. Certains vous donneront donc un tarif horaire de présence mais il faut savoir que ce tarif paye en réalité toutes les heures de travail occasionnées par votre demande. En outre, comme dans toute entreprise, le photographe doit compter des taxes et des charges sociales qui n’iront pas dans sa poche. Il se peut donc parfois que votre photographe ne soit payé qu’au SMIC alors que vous avez pensé, avec la facture, le payer beaucoup plus cher.

Comment savoir alors si le prix que vous payez est ajusté ?

J’ai pu constater qu’en moyenne, dans notre région, les photographes comptent environ 10€ par fichier numérique rendu.  C’est déjà un bon indice pour savoir si le photographe qui vous intéresse pratique un tarif rentable et de bon rapport qualité/prix. A moins de 5€ par fichier numérique, le photographe se place en bas de gamme. A plus de 15€, le photographe se place en haut de gamme. Autour de 10€, c’est en général déjà un travail de très bonne qualité. Attention, le prix n’est pas toujours conforme à la qualité mais c’est déjà un bon indice. Pour vérifier, rien de tel que de comparer les styles de différents photographes. De cette manière, vous verrez facilement la différence entre le photographe ultra low cost qui privilégie la quantité et le photographe appliqué qui privilégie la qualité. A vous de déterminer ensuite le niveau que vous visez.

Ceux qui me connaissant savent que je ne fais pas de photographie de mariage. Mais je tiens quand même à vous préciser qu’un photographe correct facture au moins 750€ pour  le service minimum de la mairie à l’apéro avec un album inclus. Le forfait monte en fonction des autres moments couverts dans la journée à partir de la préparation des mariés jusqu’au bout de la nuit. Dans la plupart des cas, ces photographes vous proposeront une séance de couple vous permettant de vous familiariser avec son objectif avant le jour J. Si vous souhaitez un photographe qui a à coeur de vous offrir une prestation de qualité, comptez au moins 1000€. Si vous désirez un photographe qui vous fasse profiter de son regard artistique sur cette belle journée dans des photographies pleines d’originalité, prévoyez au moins 1500€.

Vous avez aussi certainement rencontré un jour des personnes proposant de couvrir votre mariage pour moins de 500€. Vous avez peut-être aussi trouvé des personnes qui proposaient une séance à moins de 50€ pour plus de 10 photos. Vous avez aussi certainement rencontré un jour des personnes proposant de couvrir votre mariage  pour moins de 500€. Sachez que ces tarifs sont souvent pratiqués par des photographes amateurs, débutants, pas sûrs de leur travail et qui ne déclarent parfois pas leur revenus. Le risque que vous prenez est de vous retrouver avec des souvenirs de qualité très médiocre. Personnellement, je ne mettrais pas un centime dans ce type de service : Tata Ginette peut réaliser des images d’une qualité bien plus fidèle avec son reflex en mode automatique.


* Un photographe professionnel, au-delà de choisir les réglages de son appareil, choisit aussi tous les paramètres de développement de sa photographie. Vous savez, du temps de l’argentique, vous mettiez une pellicule dans votre appareil et quand elle était pleine vous l’ameniez chez le photographe afin qu’il vous la développe. En numérique, c’est presque pareil sauf que c’est le logiciel de votre appareil lui-même qui fait directement cette transformation du négatif (un fichier brut appelé RAW) en image. Le photographe, lui, règle son appareil de façon à ce qu’il ne décide pas à sa place de l’image finale et il passe par un logiciel pour régler lui-même tous les paramètres de son image afin de pouvoir vous rendre le JPEG.


L’AVIS D’UN CONFRERE SUR LES TARIFS « MARIAGE »
(à titre d’exemple mais vous en trouverez plein d’autres)

Pour faire simple avec les tarifs des photographes de mariage, voilà mon avis sur la question :

– Moins de 800€ : soit le photographe débute et n’a que peu d’expérience, soit il n’a pas de clients, soit il est mauvais, soit il est les 3 à la fois ! Mais compte tenu des charges professionnelles, à ce prix là, cela n’est tout simplement pas viable, faites-donc très attention ! Après, c’est un peu comme acheter une voiture à 400€ sur le bon coin, vous pouvez avoir de la chance et qu’elle ne fonctionne pas trop mal, mais la majorité du temps, vous risquez surtout de vraiment le regretter.

– Entre 900€ et 1200€ : vous entrez dans une moyenne « correcte ». Vous pourrez trouver de bons prestataires et des mauvais qui sont chers ! Mais d’après le magazine « l’Express » cela reste en dessous du budget moyen pour une prestation photo pour un mariage.

– Entre 1300€ et 2500€ : vous voilà vraiment face à des prestataires (normalement) digne de confiance, qui ont de l’expérience dans les prestations sur des mariages et qui sauront vous satisfaire.

Extrait de l’ article de « l’Express » :

Le budget moyen oscille autour de 1500 euros. Si la facture peut paraître salée à certains futurs mariés, le travail du photographe ne se limite pas à sa présence le jour J. A posteriori, il passe des heures à traiter, sélectionner et développer les images numériques. Au même titre que le traiteur, professionnalisme, expérience et matériel de qualité ont un prix.

Publicités

Photographe low-cost?

« Photographe, c’est facile ! Suffit d’acheter un reflex et d’appuyer sur le bouton. »
Si on voit les choses comme ça, inutile de payer un photographe. Achetez vous un reflex. Mais ne faites payer personne pour vos services !

Devant le nombre de photographes qui fleurissent dans nos contrées, j’étais déjà assez perplexe alors que je n’étais encore que simple amatrice. Je constatais quelque chose que je trouve dramatique : des soi-disants professionnels (ayant déclaré leur activité et ayant donc obtenu un numéro de SIRET) vendaient des photos dont j’aurais moi-même eu honte en tant qu’amatrice. Trop exigeante ? Peut-être. Mais je n’aurais jamais osé me lancer dans la profession si je n’avais pas été encouragée par des photographes de qualité.

Chacun sa place sous le soleil, j’en suis une fervente convaincue. Mais je ne supporte pas qu’on puisse arnaquer les gens. Comme tout le monde, j’ai commencé tout en bas. Mes découvertes des logiciels de développement ont été périlleuses. J’ai réalisé des séances pour des proches dont je n’ai plus été fière avec le temps. Mais je n’ai demandé aucune rémunération ! C’était pour moi un exercice dont mes proches ont été heureux de bénéficier gracieusement. Il est vrai qu’en outre je suis gênée par le travail dissimulé. Je déteste ne pas déclarer et je ne veux pas faire partie de ceux qui cassent le marché grâce aux charges sociales qu’ils ne payent pas. Trop honnête ? Peut-être. Mais chacun fait avec la conscience qu’il a.

Sérieusement, payer pour une photo que vous auriez pu réaliser vous même si vous aviez eu les mêmes accessoires, je trouve que c’est fort de café, comme dirait ma grand-mère.

Oui, il existe des « photographes » qui croient qu’il suffit de mettre une personne devant un joli fond pour obtenir une jolie photo.

Oui, il existe des « photographes » qui croient que tout se joue à la retouche et ne prennent pas soin de la prise de vue.

Oui, il existe des « photographes » qui croient qu’il suffit d’appuyer sur le bouton.

Oui, il existe des « photographes » qui pensent qu’il suffit de vous fournir les photos directement sans passer par la case « développement » du fichiers RAW pour le transformer en fichier JPEG grâce aux curseurs de détermination d’un logiciel qui remplace les anciens bains chimiques de nos bonnes vieilles pellicules argentiques.

Oui, il existe des « photographes » qui vous rendent des photos que n’importe qui aurait pu faire. Même avec un smartphone. Juste parce qu’ils aiment faire des photos.

Si vous souhaitez payer pour un « service » de cette qualité, libre à vous. Moi, je ne paierais pas un centime. Je pense que l’on peut gagner sa vie sans arnaquer les gens.

Alors je mise sur la qualité. C’est pour cette raison que je ne me suis pas lancée sans m’être formée et avoir confronté mon travail aux « vrais ». Evidemment, Tata Ginette et Mamy trouveront toujours que nos photos sont très belles. Mais si vous voulez connaître la qualité objective de votre travail, soumettez-le à la critique de photographes chevronnés. Oh, je n’ai pas montré mon travail tout de suite ! J’ai attendu d’en être vraiment fière. Si, en étant fière de ma photo, un photographe de qualité m’en montrait les défauts qu’il me fallait corriger, j’acceptais sa critique et cela m’a permis de progresser. C’est ainsi que plusieurs photographes ont fini par m’encourager à me lancer. C’est là que j’ai pris un peu confiance en moi et que j’ai pris un an de réflexion avant de créer mon entreprise. Un an qui m’a encore permis d’améliorer la qualité de mes images.

Un photographe de qualité ne se contente pas d’appuyer sur le déclencheur. Il prête une attention particulière à une multitude d’éléments qui lui permettent d’apporter un regard très personnel à ses images. Il vous montre ce qu’il voit quand il regarde. Il met en valeur chacun. Il fait en sorte de mettre toutes les conditions de son côté au moment de la prise de vue. Puis il sublime les images à travers son propre développement. Il choisit chacun des paramètres dont il a besoin pour réaliser l’image qui vous fera peut-être vous exclamer : « wahou » !

Ne vous contentez pas de quelqu’un qui appuie sur le bouton et fait un peu (trop) de retouche mal maîtrisée. Recherchez l’effet « wahou » ! Exigez celui qui porte sur vous un regard qui vous met en valeur, un regard qui vous trouve beau, un regard qui veut que vous vous estimiez, un regard qui veut que vous gardiez un souvenir de qualité pendant des décennies… Sinon, faites vos photos vous-même. Elles vous rappelleront plus d’émotions que si vous laissez un « fauxtographe » exploiter votre porte-monnaie même modestement.